Trouvez votre solution

1

Vous voulez... Financer votre activité, un investissement, un projet...

2

Dans quel but ? Acquérir un matériel ou un bien immobilier

3

Pour quel objectif ? Disposer d’une avance de vos effets de commencer en attente de paiement

recommencer

Trouvez votre solution

  1. 1

    Vous voulez... Financer votre activité, un investissement, un projet...

  2. 2

    Dans quel but ? Acquérir un matériel ou un bien immobilier

  3. 3

    Pour quel objectif ? Disposer d’une avance de vos effets de commencer en attente de paiement

recommencer
Contactez-nous
  • Des taux directeurs inchangés
  • Un ajustement des taux à la hausse
  • Changements à prévoir ?
Contactez-nous
Article précédent Innovation dans le financement long terme des PME et ETI
Article suivant Le droit à la déconnexion inscrit dans le Code du travail

La Réserve fédérale américaine maintient ses taux directeurs actuels

04/10/2016

La Réserve fédérale américaine a annoncé le 21 septembre 2016 qu’elle gardait, pour l’instant, intacts ses taux directeurs dans un contexte économique encore fragile. Quelles sont les répercussions d’une telle décision et à quoi faut-il s’attendre pour les mois à venir ? La réponse en trois questions.

La Réserve fédérale américaine a maintenu ses taux directeurs inchangés. Pour quelles raisons et quelles sont les conséquences d’une telle décision ?

La Réserve fédérale américaine, la Fed, a depuis longtemps signalé que l’indicateur économique déterminant dans la conduite de sa politique monétaire est l’emploi. La nette amélioration dans ce domaine (plus de 700 000 créations d’emplois au cours des trois derniers mois) pouvait soutenir l’idée d’un ajustement des taux directeurs à la hausse, dans le but de diminuer légèrement le biais accommodant de la politique monétaire.

Cependant, les autres variables économiques récentes (ventes au détail, production industrielle) ainsi que certaines enquêtes de conjoncture montrent des signes d’essoufflement, même s’il peut s’agir de phénomènes temporaires. En outre, l’inflation, après avoir rebondi, semble se stabiliser. Il n’y avait donc pas d’urgence pour la Fed et celle-ci a préféré rester sur ses positions.

Les conséquences de cette décision très largement attendue par les marchés devraient être ainsi très limitées. La Fed n’a en fait que confirmé une perspective préalablement anticipée. Au-delà d’un très léger tassement temporaire du dollar, on ne peut donc pas envisager d’impact significatif.

Ce statu quo est-il durable ou faut-il s’attendre à un ajustement des taux à la hausse dans les mois à venir ?

Le communiqué publié par la Fed à l’issue de la réunion de son comité de politique monétaire montre clairement que la Fed envisage toujours d’ajuster ses taux directeurs à la hausse d’ici à la fin de l’année. Le scénario favori de la Banque centrale américaine est une hausse de 0,25 % en décembre. Un mouvement qui ne devrait pas avoir de trop fortes répercussions car il est d’ores et déjà intégré par le marché.

Par ailleurs, le scénario de la Fed pour les années à venir est un ajustement supplémentaire très limité des taux directeurs. A l’horizon de la fin 2018, l’objectif de la Fed reste inférieur à 2 %, contre 0,50 % actuellement. La politique monétaire américaine devrait donc rester assez accommodante dans les mois et les années à venir.

La Banque Centrale Européenne a, elle aussi, opté pour la patience. Doit-on tout de même s’attendre à des changements dans les mois à venir ?

Les mesures décidées par la Banque Centrale Européenne (BCE) et mises en place au cours de la première moitié de 2016 n’ont pas encore montré leurs effets. En outre, la BCE, comme les autres principales banques centrales, mettent de plus en plus l’accent sur la nécessité de mener des politiques économiques structurelles visant à améliorer les conditions de la croissance économique.

Ces politiques ne sont pas du ressort des banques centrales mais plutôt des gouvernements. Il est donc normal que la BCE se montre patiente. Pour autant, on peut dès à présent anticiper des mesures supplémentaires annoncées dans les mois à venir.

Si l’on peut quasiment exclure une baisse supplémentaire des taux directeurs en Europe, qui pose désormais plus de problèmes qu’elle n’offre de solutions, on peut envisager des décisions concernant le programme d’achat de titres de la BCE. Celui-ci étant censé prendre fin en mars 2017, une prolongation de ce programme jusqu’à l’automne 2017 ainsi qu’une modification des paramètres d’achat sont à prévoir.

Ces décisions auront des conséquences sur le niveau des taux de marché dans les mois à venir. En tout état de cause, le contexte de taux bas, voire négatif, est amené à persister au cours des mois et des trimestres à venir.


Nous vous recommandons également
Sur le web
Droit à la déconnexion : ce que contient la loi

Le dossier du ministère du Travail sur le droit à la déconnexion

Sur le web
Consultez la Loi travail

Promulguée le 8 août 2016, à la modernisation du dialogue social et à la sécurisation des parcours professionnels refonde le droit du travail.